Bibliothèque

Doubler son pouvoir d’achat , c’est possible : Toutes les solutions pour dépenser moins en consommant mieux

Le but de ce livre est de vous permettre de consommer mieux quelles que soient les circonstances. Une étude très poussée de chaque poste de consommation démontre des possibilités d’économies étonnantes.


La publicité fait désirer ce que nous n’avons pas et mépriser ce que nous avons déjà. Nous sommes devenus des toxico-dépendants de la consommation maximale. La demande porte de moins en moins sur des biens de grande utilité et de plus en plus sur des biens de haute futilité.L’industrie des biens de consommation est devenue l’industrie des biens de consolation. Préparons une insurrection consommatrice.

 

A nous d’acheter des produits utiles, simples, locaux, frais… Choisissons le besoin qui nous fait du bien et pas le bien qui crée un besoin.


Préface d’Albert Jacquard

 

 

 

Voici la cinquième réédition de ce livre dont la première édition en 1987 s’est révélée prophétique. À l’époque, l’auteur craignait que la description préoccupante qu’il brossait de la situation paraisse exagérée au lecteur, aussi il avait minimisé certaines évocations, pour ne pas paraître alarmiste.

 

On constate aujourd’hui que sa description était bien en deçà des excès d’une agriculture devenue folle, comme la vache du même nom, dont il n’avait même pas soupçonné l’éventualité.

 

Cet ouvrage traite des grands scandales de la condition animale dans les élevages industriels. Pour les végétaux ce n’est pas mieux : la plupart des terres cultivées sont totalement «déshabillées» de leur substance fertile, l’humus est brûlé par les molécules de la chimie de synthèse avec lesquelles on a cru pouvoir remplacer les paysans dans les champs, ce qui est en partie accompli avec les conséquences que l’on sait.«Il fallait ce livre. Il oblige a voir, il aidera a vouloir, les manières de vivre « autres » auxquelles désormais tous sont appelés, en ces temps si nouveaux où l’homme se voit forcé à être l’invité heureux ou le destructeur honteux de la vie de toute la Terre», affirme l’abbé Pierre en préface.

 

Philippe Desbrosses est agriculteur, docteur en science de l’environnement, expert-consultant auprès de la Commission de Bruxelles et président de la Commission Nationale de l’Agriculture Biologique, au ministère de l’Agriculture. Il met en pratique dans sa ferme-école de Sainte-Marthe des méthodes qui ont permis de créer vingt-cinq emplois en réhabilitant de nombreuses espèces de fruits et légumes en voie d’extinction. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages dont Le Guide Hachette du Bio, réédition 2007, et aux Editions Alphée en 2006 et 2007 : Le pouvoir de changer le monde, l’Intelligence verte, ainsi que l’Agriculture biologique et l’ouvrage collectif Terres d’avenir pour un mode de vie durable.Extrait du livre :Le temps n’est plus aux précautions de langage pour ne pas déplaire ou ne pas heurter les attardés d’un progrès révolu.Le spectre de la famine est là à nos portes ; tout autour de nous des multitudes faméliques s’enfoncent chaque jour un peu plus dans la détresse et la souffrance. L’Europe ne sera pas épargnée. Nous n’échapperons pas au choc en retour des désastres que nous avons couverts de nos vanités et de nos égoïsmes.

 

François Plassard écrit dans le bulletin de l’ALDEA :AUX ACTES CITOYENS ! La guerre physique étant devenue délicate à manipuler, on lui a substitué la guerre économique. Elle fait rage sur toute la planète :

– au lieu de faire des morts physiques, directement, elle fait des morts économiques, en Occident et ailleurs;

– au lieu de violer des frontières, elle prend des parts de marché !

– au lieu d’utiliser les canons, elle utilise une arme subtile par son ambi­valence : l’innovation technologique, censée à la fois apporter le bonheur à l’humanité et détruire les usines de l’ennemi, en rendant obsolètes ses instru­ments de production…

 

Toutes les découvertes de l’homme faites au nom de la science et de la civilisation sont ainsi détournées vers des objectifs antiéconomiques, anti-sociaux, exploitées par quelques-uns au détriment du plus grand nombre.

 

C’est la raison pour laquelle le biologiste René Dubos constatait :«On n’a jamais fait aussi bien, techniquement… et on ne s’est jamais senti aussi mal humainement !»

 

Préface de l’abbé Pierre

 

 

 

Dans cet ouvrage, Pierre Rabhi apporte son témoignage sur ce qu’il appelle la « sobriété heureuse », prise en tant que réelle valeur de bien-être, force de libération physique et morale.

 

keyboard_arrow_up